Ils nous ont fait confiance

  • Credit Agricole
  • Mairie D Orleans
  • Manitou
  • Peugeot
  • Renault
  • Sodexo
  • Vendee Conseil General
  • Ville De Saumur
  • Vilmorin

L'histoire de la fouée

Historique de la Fouée ou Fouace
Mais d'où vient « la Fouée » ? « De la panse vient la danse, et ou faim règne, force exule » Que sieur François Rabelais soit exaucé ! Nul risque de manquer de force tant les mets alléchants ne sont pas denrées rares en Anjou... Pour la petite histoire, au commencement de la « Fouée » était le Four.
Le traiteur Père Fouée 't' Art à Villebernier en Anjou
A l'époque gallo-romaine, on se délectait de panis focacius sorte de pain cuit au foyer dans la cendre. C'est de la racine -focus- foyer en français que la « Fouée » tire son nom. Avant de devenir un pain de luxe au Moyen Âge, elle servait d'écuelle aux plats mijotés lors des fêtes religieuses ou familiales.
Préparation de fouées pour réceptions particuliers et professionnels
Ses lettres de noblesse, la galette à fine fleur de froment non levée les doit à Rabelais. Dans son roman Gargantua, « la guerre Picrocholine » fait en effet rage, sur fond de paniers de Fouées subtilisés.
Fouée du saumurois
Au début du XXe siècle, la Fouée était encore vendue à la criée dans les rues de Saumur et d'Angers avant de sombrer dans l'oubli après la première guerre mondiale, depuis une vingtaine d'années, elle se dresse de nouveau sur nos tables.